8 mars: trois droits maintenant pour les femmes

Print Friendly, PDF & Email

L’égalité est une lutte et le 8 mars la symbolise. Dans plus de 50 pays, il y aura des grèves de femmes en cette journée. Ici, malgré les déclarations officielles et les projets « politiquement corrects » affichés notamment par les employeurs publics, c’est bien l’inégalité qui l’emporte. Trois exemples, trois luttes et une bonne nouvelle.

aout-2014-grat.indd1. SUD se battra contre la tentative de faire passer la retraite des femmes de 64 à 65 ans. Sous quelque prétexte que ce soit, cette mesure est inacceptable. Un tel recul dégradera également toutes les conditions de retraite dans la fonction publique et dans le secteur subventionné.

2. SUD se bat pour la disparition immédiate de la classe 1 à l’Etat de Vaud. Cette classe est composée pour 80% de femmes. Il est intolérable que l’employeur public prétende qu’il maintient cette classe comme temps et salaire à l’essai. Dans l’immense majorité des cas, l’essai a été fait par le biais de mesures de marché du travail. La suppression de la classe 1 doit entraîner le passage à un salaire minimum de Fr. 4000.- fois 13, dans le public comme dans le subventionné.

3. SUD réclame des mesures concrètes contre la brèche salariale. Dans de nombreuses situations de travail, de responsabilités et de qualification équivalentes, les blocs professionnels à majorité masculine sont mieux rémunérés et ont un meilleur statut que ceux à majorité féminine,. Nous exigeons que l’employeur public documente cette question et négocie.

Pour conclure, une bonne nouvelle. L’Etat de Vaud applique enfin la loi. Désormais, le congé maternité commence le jour de l’accouchement et n’est plus diminué par une période d’incapacité de travail. L’employeur date la mise en application d’une telle mesure du 1er avril 2007. SUD en prend bonne note et demande que l’employeur contacte toutes les travailleuses qui ont accouché depuis cette date pour régler le rétroactif. (Télécharger le courrier du SPEV)

A bientôt

SUD

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53