Contre la répression de l’action syndicale et sociale en Colombie

Print Friendly, PDF & Email

Liberté pour le mouvement populaire

La Fédération syndicale SUD proteste contre la répression de l’action syndicale et sociale en Colombie. En particulier nous dénonçons l’assassinat par des groupes para-militaires de Roberto Cortes, porte-parole des paysans de Huila et animateur de la lutte dans cette région.

Les meurtres de militant⋅e⋅s sont particulièrement fréquents en Colombie. Le meurtre de Roberto Cortès est le 25ème cas d’assassinat de personnes participant à la «Marcha Patriotica» depuis le début de cette année.

Dans les années 1980, la Colombie a été le théâtre d’un meurtre politique de masse, l’extermination de l’Union Patriotique. 4000 militant⋅e⋅s de cette formation ont été tué⋅e⋅s. Certain⋅e⋅s survivant⋅e⋅s font aujourd’hui partie de la «Marcha Patriotica».

Dans le cas de Roberto Cortès, il faut rappeler que ce syndicaliste paysan a été blessé sous les yeux de son flis de 7 ans, avant de mourir à l’hôpital proche.

Roberto Cortes a joué un rôle de premier plan dans la grève paysanne d’août dernier. Ce mouvement revendiquait le droit à la terre par l’ouverture de zones de réserve garanties aux paysan⋅ne⋅s. Les paysan⋅ne⋅s en lutte ont dénoncé les désastreux effets des Traités de libre-échange avec les USA et l’Union Européenne.

Le mouvement paysan de Colombie lutte pour la souveraineté alimentaire et le droit à une gestion démocratique et directe des communautés.

La «Marcha Patriotica», mouvement social et politique, combat en Colombie depuis 2 ans pour une solution politique face à la situation de guerre. Une solution qui assure à la société colombienne la paix, une démocratie véritable et la justice sociale. Cette issue implique selon «Marcha Patriotica» des réformes structurelles qui remettent en question l’actuel régime socio-politique et les intérêts dominants dans le pays.

Nous rappelons l’arrestation arbitraire du syndicaliste Huber Ballesteros, membre du Comité Exécutif de la Centrale Unitaire des Travailleurs (CUT) et membre également de de la direction de la «Marcha Patriotica».

Huber Ballesteros a été arrêté au 2ème jour de la grève paysanne d’août et septembre derniers. Il a été emprisonné dans le cadre d’une provocation et d’un montage judiciare.

Nous exigeons la liberté de Huber Ballesteros. Nous demandons au gouvernement colombien la protection de la vie et des droits de tous/tes les opposant⋅e⋅s.

Fédération syndicale SUD / Vaud / Suisse

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53