Entre nous pas de frontières! Manifestation 16 juin 2018 à Berne

Print Friendly, PDF & Email

Le 16 juin, plus de 60 organisations appellent à la manifestation nationale “Entre nous pas de frontières”.
L’antiracisme doit résister aux tendances répressives et xénophobes, d’un niveau interpersonnel jusqu’au niveau international!

Manifestation samedi 16 juin 2018 Berne
14 heures, rassemblement à la Schützentmatt
(à 500 m. de la gare, devant le centre culturel Reitschule)

16 heures, concerts et stands sur la Place Fédérale

 

Les anciennes et nouvelles guerres continuent de dévaster d’innombrables régions du monde. L’Europe ne cesse de réinventer son pouvoir colonial. Dans le monde entier, les violences et la pauvreté forcent des millions de personnes à fuir leurs habitats. Les frontières de l’Europe se déploient toujours plus loin et s’installent en Afrique. La Méditerranée a des airs de fosse commune. En Suisse, on est scandalisé par la traite des esclaves en Libye, mais, parallèlement, l’on arrive à se réjouir de la diminution du nombre de demandes d’asile.

En 2018, le mouvement antiraciste doit faire face à des défis sur tous les fronts. Les centres fédéraux rendent les liens entre la population civile et les demandeurs d’asile encore plus difficiles à établir et isoleront un grand nombre des personnes arrivant en Suisse. Le permis F provisoire maintient des milliers de personnes dans une précarité à long terme et leur enlève ainsi la possibilité d’une vie indépendante et autodéterminée sur le territoire Suisse. La motion de la droite “Pour une législation cohérente sur les sans-papiers”, annoncée pour la session parlementaire d’automne, tend à nier des droits fondamentaux tels que le droit à l’assurance maladie ou le droit à l’école pour les enfants sans-papiers. Aussi, dans des cantons tels que Zurich et Genève, l’aide d’urgence devient un domaine d’expérimentation de stratégies répressives afin de forcer le départ de ses bénéficiaires. En décembre, La Suisse fêtera ses dix ans d’adhésion aux accords de Dublin, décennie durant laquelle elle aura effectué pas moins de 30 000 rapatriements dans différents pays de l’UE.

Avec la mort de Mike en mars, un sans-papiers et membre du collectif Jean Dutoit à Lausanne, une cinquième personne non blanche est morte dans les mains de la police en l’espace de 18 mois. Ceci est la triste pointe de l’iceberg.
Les revendications officielles:

  • STOP à l’exclusion, aux centres de détention et aux
    renvois forcés – OUI à la liberté de mouvement
  • STOP aux sanctions, aux lieux d’hébergement qui ressemblent à des prisons – OUI à des lieux de vie ouverts et proches de la population
  • STOP à la répression et au harcèlement
    policier– OUI à la régularisation des sans-papiers
  • STOP aux renvois Dublin – OUI à un véritable droit à l’asile en Suisse et en Europe
  • STOP aux politiques d’austérité – OUI à une vie digne pour toutes et tous, STOP au pillage des pays du Sud
  • STOP à la criminalisation de la solidarité – OUI à une société ouverte, engagée et courageuse

Plus d’information sur le site de Solidarité sans frontières: http://www.sosf.ch/fr/agenda/zwischen-uns-keine-grenzen.html?zur=5

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53