Mesures pour l’égalité du Conseil d’Etat: ce qui ne joue pas!

Print Friendly, PDF & Email

COMMUNIQUE DE PRESSE

Télécharger en PDF le document

Le Conseil d’Etat vaudois a annoncé une série d’actions pour renforcer l’égalité dans la fonction publique. Au final, quelques avancées, beaucoup de poudre aux yeux et passablement d’illusions d’optique. Un exemple et une revendication.

Il y a une chose qui nous tient à cœur et pour laquelle SUD s’est beaucoup battu. C’est le salaire minimum à Fr. 4’000.- fois 13. Fort bien. Mais il y a aujourd’hui dans les bâtiments de l’Etat des travailleurs/euses qui œuvrent directement au service public, mais qui sont, de plus en plus souvent, employé.e.s par des entreprises privées. Ces personnes sont délocalisées sur place. Il s’agit dans leur très grande majorité des femmes, qui gagnent des salaires très inférieurs aux Fr. 4’000.- fois 13 et pour qui le salaire minimum ne s’appliquera pas.

Par exemple, l’Etat de Vaud remplace systématiquement le personnel de nettoyage public par des travailleurs/euses d’entreprises privées. Ailleurs, dans les cuisines du CHUV, des personnes sont également employées par des entreprises privées qui pratiquent des CDD à la chaîne, parfois sur plus de 8 ou 9 ans. Nous demandons que tout.e.s les délocalisé.e.s sur place se voient garantir immédiatement le salaire minimum de Fr. 4’000.- fois 13 et acquièrent un statut de la travailleur/euse de la fonction publique avec CDI (LPERS).

Nous allons reprendre, faire la critique et faire des revendications sur l’ensemble des mesures du Conseil d’Etat pour l’égalité. Suivez ces textes sur notre site dans les jours qui viennent.

Secrétariat fédéral de SUD, le 20 septembre 2018

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53