Qui sommes-nous

Assises du secteur social parapublic

Print Friendly, PDF & Email

La mobilisation s’impose pour faire aboutir
les revendications des travailleurs et travailleuses

Une première étape pour revaloriser les salaires du personnel et pour apporter des réponses et solutions concrètes pour s’attaquer aux racines de la crise que traverse le secteur social et garantir la qualité et la stabilité des prestations proposées par les institutions sociales.

Télécharger le Cahier des Assises de la CCT-Social

Le 24 novembre ont eu lieu les Assises du secteur social parapublic. Ces Assises étaient prioritairement destinées à dénoncer les inégalités de traitement entre les professionnels du secteur social parapublic vaudois et ceux du secteur public et des secteurs sociaux des autres cantons romands, à obtenir le financement des revalorisations salariales permettant d’éradiquer les écarts entre les salaires du personnel du secteur social parapublic vaudois et les salaires du personnel du secteur public ou ceux des travailleuses et travailleurs régis par les systèmes salariaux des autres cantons romands et à revendiquer les indispensables améliorations à apporter aux conditions de travail et à l’attractivité des fonctions et métiers du secteur social.

Cette étape se traduit par un premier résultat concret :
À la suite de l’action conjointe de la Fédération syndicale SUD, du Syndicat des services publics (SSP), de la Société pédagogique vaudoise (SPV), d’AvenirSocial et de l’Association vaudoise des organisations privées pour personnes en difficutlés (AVOP), le Conseil d’État a octroyé une première enveloppe de 15 millions.

Cette enveloppe va permettre une revalorisation salariale pour plusieurs fonctions des secteurs éducatif, veille, atelier à vocation socialisante, administratif, hotelier/intendance/cuisine/technique et thérapeutique qui, pour prés de 20 fonctions, se traduira par des augmentations moyennes du salaire annuel par EPT de CHF 2’000.- à CHF 5’300.-.

Toutefois, cette enveloppe de 15 millions, obtenue suite aux mobilisations du personnel des secteurs public et parapublic du début d’année, ne suffira pas pour augmenter les salaires du personnel du secteur social parapublic au niveau des salaires cibles définis par fonction. Un financement supplémentaire de 23,5 à 25.5 millions sera néceesaire pour atteindre le rattrapage vers les salaires-cibles.

Les Assises ont aussi été l’occasion pour les organisations professionnelles et syndicales et l’AVOP de présenter un catalogue de 16 mesures pour améliorer les conditions de travail et de formation. Il est en effet urgent de reconnaître et d’agir sur la pénibilité des métiers du social et de valoriser les fonctions d’accompagnement.

Pour améliorer les conditions de travail, la feuille de route propose 11 mesures destinées à renforcer l’attractivité du secteur, reconnaître et diminuer la pénibilité, renforcer les compétences spécifiques des fonctions d’accompagnement, assurer les besoins en remplacements etc., comme par exemples : réduire le temps de travail, octroyer du temps de travail hors présence des bénéficiaires, allouer un budget pour les mesures de santé au travail…

Pour renforcer la formation, 5 mesures sont envisagées visant à augmenter le nombre d’étudiant.e.s et de diplômé.e.s, à renforcer la formation en emploi, à valiriser la formation continue et à favoriser les reconversions professionnelles.

Lors des Assises, le Conseil d’Etat a pu mesurer l’ampleur des besoins nécessaire et des enjeux pour répondre à la crise à laquelle est confronté le secteur social, et particulièrement le secteur de l’hébergement adulte et mineur.

Compte tenu des difficultés de recrutement de personnel, de la fermeture d’institutions ou de groupes de vie, de la péjoration régulière des prestations, de l’exode des travailleuses et travailleurs vers les cantons voisins où les conditions salariales sont nettement plus favorables, des nombreux et nombreuses collaborateurs et collaboratrices qui quittent le métier en raison de sa pénibilité, il est donc temps et urgent de revaloriser tous les salaires des travailleuses et travailleurs œuvrant au sein des établissement éducatifs et sociaux et de mettre en application les mesures indispensables aptes à améliorer les conditions de travail et l’attractivités des fonctions et métiers exercés dans le secteur social.

Ces Assises ont certes été une première étape importante… mais elles ne sont que les premiers jalons d’une lutte qui s’annonce difficile. Dès janvier 2024, il faudra remettre l’ouvrage sur le métier et se mobiliser pour que soient rapidement engagées des négociations avec les autorités cantonales pour faire aboutir les revendications des travailleurs et travailleuses du secteur social et pour obtenir de l’Etat, en sa qualité de donneur d’ordre et de réel employeur responsable de l’application de la politique d’aide et de soutien à toutes les personnes en difficulté, les moyens financiers pour revaloriser les fonctions et les salaires et améliorer les conditions de travail du personnel du secteur social parapublic.

 

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53