Assurance perte de gain

Print Friendly, PDF & Email

pour les collaboratrices et les collaborateurs
de l’Etat de Vaud

Télécharger en PDF le courrier envoyé à la Présidente du Conseil d’Etat, Mme Nuia Gorrite

Madame la Présidente du Conseil d’Etat,

Notre Fédération syndicale SUD a pris connaissance de «l’analyse d’opportunité» ou plus exactement de la volonté du Conseil d’Etat de privatiser la prestation du paiement du salaire en cas d’incapacité de travail des employé⋅e⋅s de l’Etat.

Cette volonté pose problème à plus d’un titre.

En effet, si notre fédération syndicale revendique que chaque salarié⋅e de l’Etat de Vaud puisse bénéficier du paiement du salaire en cas d’incapacité de travail et ceci quel que soit le statut du salarié, il est primordial que les modalités d’application de ce droit soient négociées et non pas imposées quand bien même nous serions invités à participer à des réunions du «groupe de travail – GT».

Il n’est pas envisageable pour nous que les travailleurs/euses subissent une baisse de salaire puisque vous attendez d’eux-elles qu’ils/elles prennent en charge en partie cette nouvelle forme de prestation.

Derrière cette stratégie, il y a la volonté d’économiser sur la masse salariale, donc de baisser les salaires.

De plus, le versement d’indemnités de la part d’un assureur privé, dont le principal objectif est de faire du bénéfice, sera forcément préjudiciable aux travailleurs/euses en cas de maladie de plus ou moins longue durée. Le médecin-conseil, ou de confiance, des assureurs privés n’ayant pas pour mission de préserver la sécurité financière des assuré-e-s, mais bien celle de réduire le dommage causé à l’assurance.

Ce que nous refusons c’est le projet de démantèlement d’un acquis social aux relents ultra libéraux et de baisse de salaire.

Nous demandons, au contraire, que la couverture actuelle soit non seulement étendue à l’ensemble des salarié⋅e⋅s mais qu’elle soit également étendue dans le temps, le temps qu’une personne en souffrance puisse se soigner sereinement.

Pour toutes ces raisons, notre Fédération syndicale vous demande une ouverture de négociations, négociations sur la question particulière de l’APG et en général sur la couverture en cas de maladie et d’accident professionnel et non professionnel.

La négociation se définit comme un dialogue raisonné entre les parties dont les intérêts ne sont pas identiques. Elles s’opèrent dans le but de trouver un accord et implique un droit à l’information complète et détaillée pour les parties en cause. Elle intègre un droit à recourir à des expertises et analyses. Elle implique également que les positions de départ soient définies, communiquées et qu’un calendrier soit établi.

Dans l’attente d’une réponse, nous vous prions de croire, Madame la Présidente du Conseil d’Etat, à l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Secrétariat fédéral de SUD

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53