Projet de licenciement

Print Friendly, PDF & Email

contre les veilleuses/eurs d’Eben-Hézer

Télécharger en PDF le tract
Télécharger l’affiche en PDF

tractveilleur-1A Eben-Hézer, les pratiques des directions successives sont connues de toutes et tous. Elles ont laissé des traces profondes. Un management dur, trop souvent marqué par le contrôle, les pressions et les sanctions, ainsi que la précarisation et l’atomisation du salariat ont marqué cette institution. La Fondation Eben-Hézer fait figure de poisson-pilote dans ce domaine pour tout le canton. Il faut s’interroger sur l’évolution de la qualité des prestations consenties aux usagers/ères, ainsi que sur la dégradation du travail éducatif et social. Durant toute la dernière période à Eben-Hézer se posent de nombreux problèmes concernant la santé et le moral de celles et ceux qui y travaillent. Maladies, burnout, licenciements, voire démissions forcées augmentent et prennent de l’importance.

Aujourd’hui, ce sont les travailleurs/euses les plus précaires de l’institution qui font les frais de la politique de gestion du personnel.

Les veilleurs/euses, qui par leur présence entretiennent un lien important et reconnu par les résident⋅e⋅s, ont toutes et tous reçu, quelques jours avant les fêtes, une lettre leur signifiant le projet de leur licenciement.

Afin de justifier ce projet, la direction invoque la nécessité pour les veilleurs/euses d’effectuer une formation supplémentaire (Croix-Rouge) afin de correspondre au nouveau cahier des charges. Ceci est faux. Ainsi elle se cache derrière un accord émanant de l’AVOP. Cet accord la direction doit l’appliquer, sans nul doute. Mais le projet de licenciement collectif ne découle pas des dispositions de cet accord, mais de la volonté d’une direction qui veut restructurer pour imposer d’avantage de mobilité et de flexibilité. Les veilleurs/euses dormant⋅e⋅s sont les victimes de cette stratégie managériale.

La qualité du travail de ces veilleurs/euses ainsi que leur bon fonctionnement et leur intégration au travail pédagogique sont reconnus par toutes les équipes éducatives. Ils/elles sont pourtant aujourd’hui les victimes d’un projet de restructuration totale de leur secteur d’activités.

Partagez l'article

Place Chauderon 5, 1003 Lausanne, Tél. : + 41 (0) 21 351 22 50, Fax : + 41 (0) 21 351 22 53